Réflexions

Opportunités manquées

Il y a des instants que l’on garde en mémoire presque tout le long de nos existences. Des instants qui, pour une raison ou une autre, nous ont marqué. Jusque dans notre âme. Des instants de joies immenses ou de profondes tristesses que le temps n’effacera pas, et ce qu’importe ce que l’avenir nous réserve, de bon ou de mauvais.

Malgré ces instants vécus, ces instants passés, il nous est impossible de ne pas penser à ces instants qui auraient pu être, et que l’on a laissé faner. Que l’on a laissé choir dans un coin sans prendre la peine de s’en préoccuper davantage. Des rêves inaboutis. Des projets oubliés. Des désirs inassouvis. Des regards que l’on a volontairement déviés. Si bien que l’on se passe souvent, en boucle, le film de ces potentialités noyées avant même qu’elle n’aient eu l’occasion d’atteindre le rivage.

Et puis, les années passant inlassablement, il nous arrive d’imaginer ce que ces opportunités gâchées auraient pu faire éclore de plus que ce que nous avons déjà. On en vient à se questionner sur la tournure que notre vie aurait prise si on avait empruntés d’autres chemins, sans trouver de véritables réponses, si ce n’est des fantasmes pour la plupart plus utopiques qu’autre chose. Aurait-elle été plus belle ? Rien n’est moins sûr. Rien n’est plus flou que l’inconnu.

Parfois on aimerait avoir plusieurs vies, afin de pouvoir tout vivre. Emprunter chacun des chemins que la vie a à nous offrir. Vivre différentes destinées, dans différents corps. Pouvoir apprivoiser le monde jusque dans ses recoins les plus enfouis. Conquérir des lieux que nul n’a découvert. Connaître de nouvelles personnes, de nouvelles histoires, de nouveaux récits. S’enrichir de nouvelles cultures, de nouvelles habitudes et coutumes afin de ne pas rester ignorant face au monde qui nous entoure.

On se sent impuissants de ne pouvoir parvenir à mener ces différentes existences comme on le souhaiterait, on se sent piégés de ne pouvoir poursuivre qu’une seule voie à la fois, tout en sachant celles qui filent entre nos doigts. Si bien que l’on se sent parfois nostalgique d’une vie qui n’a jamais été.

Et puis tout se bouscule en nous. On pense à nouveau à ce jour où l’on a pas assez profité de ce que la vie nous offrait. Où on n’a pas su prendre le temps de savourer l’ivresse du présent, l’esprit obscurci par de multiples autres pensées qui s’entremêlent dans des nœuds labyrinthiques au sein de notre esprit. On regrette ces heures d’ennui, ces heures d’inaction, ces heures perdues dans le brouillard à chercher la lumière, sans jamais n’en voir la moindre lueur.

On regrette de ne pas avoir pu, de ne pas avoir osé. D’avoir choisi de renoncer à certaines possibilités, afin ne pas fermer la porte à d’autres qui, sur l’instant, nous semblaient plus importantes, et qui après coup, nous semblent irréfléchies.

Puis, faisant le bilan de ces réflexions soudaines et répétitives, on se dit que le meilleur est encore d’arrêter de réfléchir à ce qui n’est pas, et qui ne sera jamais. Laissons ça aux rêves. Cherchons d’autres moyens de s’évader, comme la littérature, le cinéma ou la musique. Arrêtons de se chercher des excuses en s’inventant des existences parallèles, et profitons de ce qu’on a. On est en vie, on vit dans un pays en paix. Alors profitons de notre présent, simplement, et arrêtons de nous plaindre inutilement.

1 réflexion au sujet de “Opportunités manquées”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.