Textes

Soledad, ma chère amie

A ma plus tendre amie,

Voilà maintenant de nombreuses années que mon regard a croisé ton chemin, un soir de lassitude, dans une obscurité triste et étrange. L’air était froid, les rues étaient désertes. Tu t’es approchée de moi, comme si l’on s’était toujours connu. Sans moindre méfiance, sans moindre parole, tu m’as pris dans tes bras, dans lesquels je me suis peu à peu effondré, une bonne partie de la soirée. Puis, après cette longue étreinte, tu m’as doucement raccompagné jusque chez moi.

Depuis ce jour, nous ne nous sommes point quittés. Chacun de mes souffles s’accompagnait du tien. Tu occupais alors mes nuits, tout autant que mes jours. Pas une de mes secondes ne s’écoulait sans ta présence à mes côtés. Je ne compte plus ces soirées où nous discutions de tout, assis l’un près de l’autre, à affronter les heures qui filaient, jusqu’à surprendre l’aube à travers la fenêtre.

Tu connaissais alors presque tous les détails de ma vie, mes sentiments, mes pensées, mes rêves, jusqu’à mes peurs et mes angoisses. Je ne me souviens pas d’une chose que je ne t’aurais point confiée. Quels que soient les mots que je te délivrais, tu étais toujours là pour les écouter, paisiblement, sans le moindre jugement, sans la moindre remarque. Ta simple présence suffisait à faire taire chacun de mes doutes, à faire fléchir bon nombre de mes craintes. Jamais je n’eus connu oreille plus attentive que la tienne. Tu me connaissais alors davantage que la plupart de mes amis et ma propre famille.

Tu étais peu à peu devenue une sorte de muse dont je ne pouvais me passer. Pas un seul de mes écrits ne t’était pas, au moins en partie, dédié. Plus une seule de mes paroles ne t’évoquait pas, même partiellement. Tu étais alors non plus une galaxie, mais tout un univers, autour duquel je gravitais. Nous étions comme liés par un lien invisible, qui ne semblait point décidé à se rompre.

Je n’effectuais plus le moindre voyage sans toi, tant il m’était impossible de te délaisser. Même lorsque j’avais rendez-vous avec des amis que tu ne connaissais point, tu m’accompagnais sans dire un mot. Il y avait comme un accord tacite disant que nous ne pouvions être l’un sans l’autre. Jamais tu ne m’aurais abandonné, sous le moindre prétexte, et jamais il ne t’est venu à l’esprit de le faire. Jamais je n’y aurais à ce moment-là, ne serait-ce que songé également.

Je me rappelle de ces soirs, où nous nous promenions, main dans la main, dans la ville endormie, à sillonner toujours les mêmes rues, les mêmes allées, à fréquenter les mêmes bars, les mêmes jardins, sans jamais se lasser. Nous écoutions bien souvent les mêmes musiques et parfois, portés par l’ivresse, il nous arrivait de chanter et de danser dans ces rues dénudées, jusqu’au petit jour, comme si le monde n’appartenait qu’à nous. Je me rappellerai toujours du moindre détail de cette période où nous ne faisions qu’un.

Si aujourd’hui les choses ont fait que nous nous voyons moins qu’auparavant, j’apprécie toujours te retrouver parfois, le temps de quelques heures, au détour d’une soirée, dans des mélancolies joyeuses, dans des fins de journées moroses, dans des nuits sans étoile. Même si l’on se voit moins qu’avant, j’apprécie toujours ta présence, lumineuse, douce et silencieuse. Jamais au grand jamais, je n’oublierai tout ce que tu as pu m’apporter. Même si je le voulais, jamais je ne pourrais vraiment t’abandonner, tant tu fais partie de moi.

D’ici à ce que nous nous retrouvions, sans doute bientôt, je tiens à t’adresser mes plus belles amitiés.

A toi que j’ai tant aimé, et que je ne cesserai d’aimer.

Merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.